RONANGUILLOU

photography

20161020_141247 - Copie

Le questionnement de notre époque et de ses représentations, la découverte des espaces et la rencontre avec ceux qui y vivent, fondent l’intention de mes projets photographiques depuis le début des années 2000. Du portrait social au paysage, mon travail croise propos documentaire, recherche formelle et récit personnel, lui-même guidé par la recherche d’expériences pouvant m’éclairer sur les différences.

Selon un cheminement tant réfléchi qu’intuitif, sont nées des séries réalisées essentiellement aux États-Unis. Captivé par l’impact socioculturel, environnemental et politique de l’Amérique sur le monde, fasciné par la glorieuse iconographie du pays, j’ai fait de ce territoire le coeur de mes recherches. Ce parcours me permit de nouer avec cette nation complexe un grand lien photographique et humain, de tisser un dialogue durable avec la tradition documentaire américaine, toile de fond de mes projets. Mes récents travaux explorent les États d’Alaska et d’Hawaii.

Parallèlement aux séries américaines, je poursuis un travail sur la ville de Paris, inspiré de la Théorie de la Dérive élaborée par Guy Debord.

Tout en répondant à des commandes de presse et des projets de communication, j’interviens également pour des workshops et participe à des jurys d’écoles.

— Ronan Guillou

Depuis Angel jusqu’à The Last frontier consacré à l’Alaska, en passant par Country Limit, Ronan Guillou tisse une maille visuelle qui renouvelle avec profondeur et sensibilité la question des marges et de l’entre-lieux sur le territoire américain. Nimbées de renvois à l’histoire de la photographie américaine, ses images convoquent un regard mélancolique qui cherche dans le passé la voie critique du présent et la possibilité d’un avenir. Son travail n’a de cesse de déjouer les clichés liés à un territoire, l’exotisme d’un ailleurs, et transcendent leur sujet.
Les photographies de Ronan Guillou distillent une atmosphère singulière où l’âpreté du réel s’adoucit dans l’épiphanie photographique et la poésie qu’elle provoque, possédant l’admirable capacité à vriller les surfaces de la normalité pour chercher dans le déjà-vu la part de mystère qui demeure.
— Héloïse Conésa
Conservatrice en Charge de la Photographie Contemporaine – Bibliothèque nationale de France