Lien vers le projet d’édition
La mort aussi bruyante que la vie [Projet d’édition]
[…] Ronan Guillou découvre l’Alaska de son temps. Il rythme la rencontre sur deux ans et quatre voyages d’égale durée, de saison différente. Il concocte, décante, s’y mêle à nouveau, enrichit le mélange jusqu’à obtention de la présente collection.

Les photographies de ses voyages forment un ensemble dissonant, où des duels se défoulent : les saisons font désordre, les paysages jurent, le temps et l’espace exagèrent, la mort est aussi bruyante que la vie, et la vie est tantôt bien silencieuse… La nuit chasse le jour qui fend la nuit, et puis tout devient gris. L’atmosphère est possédée, les humains sont possédés, les objets aussi, tantôt euphoriques et légers, tantôt lourdement fracassants. Ces tensions grotesques disent notre méconnaissance de la dernière frontière étasunienne, étonnamment diverse. L’Alaska queer parade, s’effeuille et s’emmitoufle, se montre sans se dévoiler et préfère jouer avec le photographe – à moins du contraire – entre cache-cache et sept différences.

Ce cosmos d’images réunit librement contraires et contrastes par la simple évidence de leur existence, révélant une éclatante pulsation de vie. C’est précisément la manifestation du pouvoir liant de la photographie, chère à l’école américaine, et de la disponibilité de l’œil et de l’âme de Ronan Guillou, qui offre dans sa lignée de mêler fictions et réalités pour mettre à la page le mythe Walrussia.

D’un geste simple, le photographe nous parle d’un espace, d’un temps, d’une pensée et d’une pratique unis par les paradoxes qui les traversent et font leur beauté. – Lily Matras (extrait)
——————————
[…] Que va chercher Ronan Guillou en Alaska qu’il ne trouverait pas ailleurs, plus près, dans un autre Etat de l’Union ? Le cinéma et les images des grands photographes nous ont familiarisés avec les côtes Est et Ouest, le Sud profond, le Middle West, sans oublier cette pratique typiquement américaine qu’est le voyage transcontinental en voiture, le fameux et intraduisible Road Trip. Tous ces lieux, ces régions, ces pays, ainsi que ce mode de déplacement à la fois exalté et mélancolique ont permis à d’innombrables artistes de créer ces images qui forgent notre imaginaire américain : depuis American Photographs de Walker Evans jusqu’aux films de Jim Jarmush, en passant par Paris, Texas de Wim Wenders, le Guide de William Eggleston ou Les Américains de Robert Frank, les images réalisées sur la route par Stephen Shore ou Todd Hido, la liste des œuvres marquantes qui balisent le territoire des Etats-Unis et en quelque sorte le créent dans notre esprit, est sans fin. Ces héros de la culture moderne ou contemporaine sont allés partout… ou presque. Un seul Etat n’a jamais eu l’honneur de leur visite : l’Alaska. À ma connaissance, seul Ansel Adams, le photographe des somptueux paysages virginaux des Montagnes Rocheuses, y a un moment travaillé. Mais aucune autre figure marquante de la photographie américaine ne semble s’y être intéressé. C’est peut-être pour comprendre cette anomalie, ou cette exception culturelle, que Ronan Guillou s’est rendu aux confins de l’Union, à l’ouest de la côte Ouest, dans cette terra incognita photographique.

[…] En ce sens, Guillou n’est pas ici un adepte du Road Trip ni des grands espaces, et la présente collection témoigne surtout de l’intimité qu’à chaque étape il réussit à créer, comme s’il rendait visite à la tribu bigarrée et dispersée de ses amis, chaque membre de cette diaspora improbable ignorant les autres, le voyageur constituant le seul lien entre tous ces gens incompatibles qui s’ignorent sans doute. Ainsi, de fil en aiguille, d’une pause à la suivante, d’un bref séjour à l’autre, c’est un journal de bord qui se tisse et s’écrit, un récit zigzagant, disjonctif, sautant du coq à l’âne, mais doté de cette curieuse caractéristique propre à certaines digressions obstinées : l’unité d’un point de vue, d’un tempérament, d’une vision, peu importe le terme, réunit tout ce disparate pour donner forme à un autoportrait masqué. […] — Brice Matthieussent (extrait)

RONANGUILLOU

photography